La sécurité

Home/La sécurité

La sécurité

Selon l'Anah, la majorité des français pense que la maison n'est pas un lieu à risques. Pourtant, chaque année en France, des millions d'accidents domestiques sont à déplorer. S'ils sont généralement bénins, ils peuvent toutefois avoir de graves conséquences. Pour prévenir ces dangers quotidiens, il faut avant tout repérer les risques !

Les risques électriques

Avec la multiplication des appareils électroménagers, hi-fi et informatiques, ou les aménagements dans un logement les installations électriques se compliquent. Elles peuvent devenir dangereuses quand les fils et les prises sont mal adaptés à la puissance appelée ou quand les dispositifs de protection sont insuffisants ou trop vieux. L'électricité peut provoquer :

  • des départs d'incendie,
  • des électrisations (choc électrique provoquant une tétanie des muscles),
  • des brûlures,
  • un arrêt respiratoire ou cardiaque (en cas d'électrocution).

L'évolution des technologies a permis de renforcer la sécurité dans les normes les plus récentes.

Quel est l'endroit le plus dangereux de mon installation électrique ?

Le risque électrique est présent partout où le courant passe : fils, prises, interrupteurs et certaines parties des appareils. Ce risque augmente considérablement :

  • si votre installation est vétuste,
  • si vos appareils ont des défauts,
  • si vous ne disposez pas d'équipements de sécurité préconisés par la réglementation actuelle : disjoncteur différentiel à faible sensibilité, prises et équipements reliées à la terre…

Comment savoir si mon installation est défectueuse ?

Votre installation présente des risques d'électrocution importants :

  • si vous entendez des grésillements lors de l'allumage ou de l'extinction d'un appareil,
  • si vos fils sont en partie dénudés,
  • si le disjoncteur principal déclenche intempestivement,
  • si les prises de courant sont mal fixées au mur…

Dans ce cas, faites rapidement appel à un électricien.

Comment savoir rapidement si mon installation présente une protection insuffisante ?

Votre installation présente une protection insuffisante des personnes si elle est équipée d'un seul disjoncteur différentiel de 500 ou 650 mA (boitier standard en entrée de logement). En effet, la protection nécessaire est de 30 mA selon la norme NF C15-1001;. Un tableau électrique moderne ne comporte plus de fusibles à cartouche mais des disjoncteurs sur les différents circuits (éclairage, prise, force). Vous pouvez y vérifier la présence de disjoncteurs ou interrupteurs différentiels repérés «30 mA» et dotés d'une fonction de test.

Existe-il d'autres facteurs aggravant le risque électrique ?

Oui. La gravité d'une électrisation dépend aussi :

  • de la présence d'eau à l'endroit de l'accident,
  • de l'intensité du courant,
  • de la durée de son passage dans le corps qu'elle traverse,
  • de la surface de la zone en contact avec l'électricité,
  • de l'état de la peau (sèche ou mouillée),
  • de la nature du sol (conducteur ou non).

Les risques liés aux installations de gaz naturel

L'intoxication au monoxyde de carbone (CO) est le risque principal dû à un mauvais entretien de son installation de gaz naturel qui peut engendrer une combustion incomplète du gaz naturel (mais aussi du bois, du charbon ou du fioul).

Quels sont les symptômes d'une intoxication au monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone provoque maux de têtes, nausées, fatigue, et dans les cas les plus graves, le coma.

Quels sont les principales causes de la diffusion de monoxyde de carbone dans l'atmosphère de mon logement ?

Une intoxication au monoxyde de carbone survient :

  • si les appareils de chauffage et de production d'eau chaude sont mal entretenus : le combustible y brûle mal,
  • si votre logement est mal ventilé (et plus particulièrement la pièce où est situé votre équipement de chauffe),
  • si le conduit de fumée n'a pas été ramoné régulièrement : les produits de combustion ne peuvent pas s'évacuer correctement vers l'extérieur et risquent de se diffuser à l'intérieur du logement,
  • si les appareils ne sont pas utilisés conformément aux prescriptions du fabricant.

Les incendies

Selon l'ANAH, toutes les 2 minutes, un incendie se déclare en France. Les causes sont multiples.

  • Les défauts des installations électriques : appareils en mauvais état, courts-circuits et surcharges provoquent le quart des sinistres (ANAH).
  • Les appareils à combustion : ils sont aussi capables d'allumer un feu lorsqu'ils présentent des défauts d'étanchéité par exemple.
    Veillez à ce que votre appareil de chauffage d'appoint, à gaz naturel ou à pétrole, votre cheminée et/ou votre chaudière de chauffage central soient en bon état en faisant régulièrement appel à un professionnel qui pourra les diagnostiquer.
  • Les produits inflammables et les mégots de cigarette mal éteints.

à noter : la fumée, qui se propage plus vite et plus loin que les flammes est la première source de dégâts humains.

Les cuisinières peuvent-elles prendre feu ?

Les cuisinières peuvent provoquer un incendie, surtout si la flamme du gaz s'éteint alors que la propagation de gaz continue. Par ailleurs, certaines préparations à l'huile peuvent s'enflammer si des projections entrent en contact avec la flamme du gaz.

Les matériaux modernes sont-ils plus inflammables ?

Difficilement inflammables aujourd'hui, les matériaux modernes produisent en revanche des gaz toxiques chauds et asphyxiants. Ces gaz endommagent vos poumons et peuvent avoir des répercussions neurologiques, cardio-vasculaires ou irriter les yeux… Si vous êtes dans une pièce enfumée, placez un mouchoir humide sur le nez et respirez l'air situé près du sol.

Les autres accidents

Les chutes, chocs, glissades, brûlures, coupures ou encore les noyades sont responsables de 450 000 hospitalisations par an en France (ANAH).

Portes et fenêtres : quelles sont les situations à risque ?

Toutes portes et fenêtres peuvent entraîner des pincements lors d'une fermeture brusque et non contrôlée. Un choc contre la vitre provoque également des bris de glace coupants. Par ailleurs, les fenêtres à guillotine et basculantes sont plus dangereuses car la vitre peut se retourner complètement et cogner une personne située sur son passage.

L'aménagement intérieur : à quoi faut-il faire attention ?

De nombreuses chutes, chocs et glissades sont provoqués par des angles de table saillants, des escaliers ou des poutres ayant une hauteur de passage trop faible, des rallonges qui traînent, des tapis qui rebiquent… Les marchepieds, escabeaux, échelles, lits en hauteur (interdits aux enfants de moins de 6 ans) et escaliers peuvent également être la cause de chutes violentes.

Brûlures et coupures : quelle est la pièce la plus dangereuse ?

Ces accidents interviennent majoritairement dans la cuisine. Ce sont les lieux où sont généralement manipulés les objets coupants et les liquides très chauds.

Quels sont les risques dans la salle de bains ?

Cette pièce peut présenter des risques :

  • d'intoxication par les médicaments ou les produits cosmétiques,
  • de brûlures par l'eau chaude,
  • d'électrocution par la manipulation d'appareils électriques en milieu humide,
  • de glissades.

à noter : plus rares, les noyades concernent les jeunes enfants qui ne savent pas encore nager ou se relever dans la baignoire. Or, 10 cm d'eau suffisent. Ne laissez donc jamais un jeune enfant dans son bain sans surveillance…

L'éclairage peut-il être source d'accident ?

Oui, quand il est insuffisant. Il peut être alors source de chutes pour les personnes âgées ou les enfants.

1 Source : www.norme-electricite.com