La chaudière à condensation

Home/La chaudière à condensation

La chaudière à condensation

Comment ça marche ?

Dans une chaudière "classique" ou basse température, les fumées et la vapeur d'eau issues de la combustion du gaz naturel sont rejetées dans l'atmosphère au lieu d'être totalement exploitées. La chaudière à condensation, conçue pour optimiser au maximum ses performances, tire profit de l'énergie thermique contenue dans ces fumées.

Etape 1 : la combustion

Lors de la mise en marche de la chaudière, le circuit d'eau est réchauffé par le brûleur gaz naturel. La combustion du gaz émet des fumées contenant de la vapeur d'eau à haute température valorisée lors du processus de condensation (voir étape 3).

Etape 2 : l'émission de chaleur

L'eau chaude produite est distribuée par la pompe dans le circuit de chauffage auquel sont raccordés les radiateurs ou le plancher chauffant, posés dans chaque pièce du logement.

Etape 3 : la condensation

L'eau de retour du circuit chauffage, refroidie, revient vers la chaudière et capte au travers d'un échangeur une partie de l'énergie contenue dans les fumées. Au contact de la paroi froide, la vapeur d'eau qu'elles contiennent se condense en libérant de la chaleur : les fumées sont refroidies et l'eau réchauffée. Le maximum d'énergie a été tiré de la combustion du gaz naturel !

Etape 4 : l'évacuation des condensats

L'eau résultant de la condensation (les condensats) est ensuite évacuée vers le réseau des eaux usées.

Puis-je l'intégrer dans mon installation ?

Puis-je intégrer une chaudière à condensation à mon installation de chauffage eau chaude existante ?

Une chaudière à condensation peut se raccorder à tout type d'installation de chauffage à eau chaude. Toutefois, pour un rendement maximal, ce type de chaudière doit être associé à des émetteurs fonctionnant à basse température : plancher chauffant (eau de retour à moins de 50 °C) et/ou radiateurs chaleur douce (eau de retour à moins de 60 °C). En effet, plus la température de l'eau de retour de la boucle de chauffage est faible, plus la chaudière condense et optimise ses performances.

À noter : une chaudière à condensation peut se substituer à toute chaudière en place, quelque soit l'énergie utilisée, et se raccorder à tout type d'installation de chauffage à eau chaude, moyennant une vérification du type de ventilation du logement et du conduit de fumée en place.

Et pour l'évacuation des fumées ?

Une chaudière à condensation comporte un ventilateur à débit variable qui contrôle l'amenée d'air frais et évacue les produits de combustion. La prise d'air neuf peut être séparée ou commune au rejet, selon la configuration de votre installation. Les constructeurs proposent pour chaque modèle des dispositifs de raccordement variés :

  • ventouse horizontale, verticale ou dissociée
  • réutilisation de votre conduit de cheminée existant pour l'amenée d'air et rejet par conduit plastique… : en effet, si vous possédez déjà un conduit de cheminée individuel, assurant uniquement l'évacuation des produits de combustion, l'installation d'une chaudière à condensation ne vous oblige pas à revoir votre système d'évacuation. Il faudra en revanche envisager de faire «tuber» votre conduit (c'est-à-dire le doubler) pour le protéger de l'humidité provoquée par la condensation et de l'acidité des condensats évacués.

Que dois-je faire avant de changer de chaudière ?

Quelques manipulations, à faire réaliser en amont, faciliteront vos travaux d'installation et permettront d'augmenter la performance de votre système de chauffage. Le rinçage des tuyaux, par exemple, permet ainsi d'éviter que de la boue ne se forme dans les tuyauteries et simplifie la mise en œuvre de votre équipement.

À noter : cette procédure appelée «désembouage» est d'ailleurs obligatoire et exigée par le fabricant lors du remplacement d'une ancienne chaudière pour bénéficier de la garantie constructeur.

Puis-je l'associer à un système solaire ?

Oui. L'ensemble des fabricants propose aujourd'hui une offre associant condensation au gaz naturel et solaire pour les applications de type chauffe-eau solaire individuel (CESI) ou système solaire combiné (SSC).