La chaudière à bois

Home/La chaudière à bois

La chaudière à bois

Comment ça marche ?

Source d'énergie renouvelable, le bois est un matériau qui possède un bon rendement énergétique, à condition de choisir l'équipement adapté. Il existe aujourd'hui des équipements modernes et performants, qui sauront vous aider à tirer profit de cette énergie (poêles, inserts…). Parmi ces solutions, la chaudière à bois (à bûches ou à granulés), reliée à votre réseau de chauffage central et à votre ballon d'eau chaude sanitaire, saura répondre à l'ensemble des besoins de votre famille.

Les chaudières à bûches (fonctionnement manuel)

On distingue différents types de chaudière à tirage naturel. Ces modèles diffèrent par leur mode de combustion.
La combustion montante traditionnelle : les bûches sont empilées sur la grille du foyer. L'air primaire de combustion arrive sous le foyer, la flamme monte naturellement et tout le bois brûle au même moment. Son rendement global moyen est compris entre 40 à 60 %¹.
La combustion horizontale : l'air primaire arrivant sur le côté du foyer, le bois sèche avant d'être brûlé, ce qui réduit le taux d'imbrûlés. Le rendement est amélioré et peut atteindre de 50 à 70% en moyenne¹.
La combustion inversée : l'air primaire arrive par le dessus du foyer, séchant les bûches sur son passage. à son arrivée sur les braises, il se mélange avec les gaz de combustion, s'enflamme et atteint des températures de plus de 1000° C. Le rendement global moyen est compris entre 50 et 70%¹.

Dernière née des chaudières à bois, la chaudière à bûche à tirage forcé ou «turbo» fonctionne selon le principe de la combustion inversée, avec un tirage forcé par un ventilateur. Celui-ci permet de mieux gérer l'apport en air dans la chambre de combustion et de forcer le tirage de la cheminée, quelles que soient les conditions. Ce procédé améliore la combustion du bois et réduit ainsi les émissions de polluants et la quantité de cendres générée par la chaudière. Son rendement global moyen oscille entre 70 et 85 %¹.

Les chaudières à plaquettes ou à granulés (fonctionnement automatique)

Ces chaudières fonctionnent de manière automatique et se raccordent au chauffage central de votre habitat. Elles nécessitent l'installation d'une réserve (ou «silo») raccordé au foyer par un système d'alimentation automatique. Ce système assure un confort identique à celui des systèmes à gaz ou à fioul.
Informé en temps réel des températures en différents points de la chaudière et, pour certaines, de la proportion en oxygène dans le foyer, un microprocesseur optimise, à chaque instant, l'alimentation des granulés et les débits d'air en fonction des besoins de chauffage. Le rendement global de ce type de chaudière est compris entre 80 et 90 %¹ en moyenne.

Les chaudières polycombustibles (fonctionnement automatique)

Ces chaudières vous permettent d'optimiser votre chauffage central en bénéficiant des avantages d'un couplage bois + gaz naturel ou bois + fioul. Elles associent ainsi 2 foyers : l'un pour le bois (le plus souvent en bûches) et l'autre pour le gaz ou le fioul. Le passage d'une énergie à l'autre se fait automatiquement. Ce type d'installation ne nécessite qu'un seul conduit de fumées.

À noter : pour produire 1 000 kWh, le volume de combustible nécessaire varie d'un combustible à l'autre.

0,7 stères
de bûches
1 m³ de
plaquettes
220 kg de
granulés
100 litres
de fuel
1 000 kWh


Equivalences, source ADEME – www.ademe.fr

Puis-je l'intégrer dans mon installation ?

Puis-je intégrer une chaudière à bois dans mon installation de chauffage existant ?

Oui. Les chaudières à bûches ou à granulés peuvent prendre place en maison individuelle, aussi bien en neuf qu'en rénovation, quel que soit le mode de chauffage existant, à condition que vous disposiez d'un conduit d'évacuation des fumées aux normes, dédié à l'appareil. Ce type de conduit est d'ailleurs rendu obligatoire par l'arrêté du 31 octobre 2005, dans toute construction neuve, depuis le 1er septembre 2006.

N.B. : en cas d'installation ou de remplacement d'une chaudière à bois dans un logement existant, la réglementation impose un rendement minimal. Ce rendement dépend de la puissance de la chaudière installée. Ainsi, le rendement d'une chaudière de 30 kWh devra par exemple être supérieur à 55,9 %². Pour en savoir plus, consultez votre installateur.

Quelles sont les caractéristiques d'un bon conduit de fumées ?

Un bon conduit de fumées est un conduit optimisant la qualité du tirage de votre appareil à bois. Ainsi, il doit être doté :

  • d'une bonne isolation thermique,
  • d'une hauteur suffisante et d'un débouché correct au-dessus du toit (dépassement du faîtage d'au moins 40 cm),
  • d'une section convenant à l'appareil raccordé,
  • d'un profil régulier sans changement brutal de section ni de direction,
  • d'une bonne étanchéité,
  • d'une trappe de ramonage accessible.

En outre, lors du raccordement, il faut absolument éviter les coudes à 90° et les portions horizontales supérieures à 1 m. Il faut également prévoir une isolation et un démontage facile pour le nettoyage².

Je souhaite faire installer une chaudière à granulés. Où placer le silo ?

L'implantation du silo doit être réalisée à moins de 15 m² du chemin d'accès du camion de livraison de granulés (camion souffleur). En effet, celui-ci propulse les granulés jusqu'à plusieurs dizaines de mètres à l'horizontal et à plus de 10 m à la vertical, permettant de placer le silo pratiquement où l'on veut : enterré dans le sol de votre jardin, au grenier, en toile ou en sous-sol… Il faut compter quelques 10 m³ de stockage pour assurer les besoins annuels.

Quelle puissance de chaudière à bois dois-je installer ?

Tout dépend de la surface habitable que vous souhaitez chauffer, de votre situation géographique et de votre niveau d'isolation. Ainsi, selon NF Bois de Chauffage (marque créée par l'ADEME avec le soutien de l'AFNOR et de FCBA), pour un logement de 100 m², selon ces éléments, la puissance adaptée d'une chaudière à bois est comprise entre 5 et 21 kW (en moyenne). Il est donc indispensable de bien évaluer vos besoins afin de ne pas sous-dimensionner ou sur-dimensionner votre appareil. Le plus simple est de vous faire conseiller par un installateur spécialisé, qui saura déterminer pour vous la chaudière la mieux adaptée.
Pour en savoir plus, consultez le site www.nfboisdechauffage.org.

Puis-je associer ma chaudière à bois avec un système solaire ?

Oui, il est par exemple tout à fait possible de coupler votre chaudière à bois à la mise en place d'un chauffe-eau solaire individuel : une complémentarité qui améliorera la performance environnementale de votre installation.

Quel combustible préférer : bûche, granulés ou plaquettes ?

Chacun d'eux possède ses avantages et ses inconvénients…

– La bûche est la forme de bois combustible la plus disponible et la plus simple à «produire». Les équipements qui l'utilisent sont largement diffusés. Si la combustion a longtemps été insatisfaisante, ce n'est plus le cas aujourd'hui car l'utilisation de bois de bonne qualité et d'appareils performants rend cette combustion plus lente et plus efficace. En revanche, l'alimentation manuelle des chaudières à bûches est contraignante.
– Les granulés sont utilisables dans les appareils indépendants avec une autonomie de plusieurs jours et dans les chaudières automatiques avec une autonomie d'un an grâce au silo de stockage. Leur combustion est très bonne. Seule ombre au tableau : la difficulté d'approvisionnement sur l'ensemble du territoire français.
– Les plaquettes forestières : leur combustion est bonne et elles sont utilisables dans des chaudières à alimentation automatique avec une autonomie de plusieurs jours. Leur utilisation pour le chauffage individuel reste encore limitée.

¹ Source : Direction de la Recherche GDF SUEZ.
² Source : ADEME